NYC : The East Coast Experience

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, juin 23 2009

I [hate] models

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je vais vous raconter le week end que j’ai passé aux Hamptons il y a une semaine. Les Hamptons représentent le lieu privilégié des New Yorkais quand ils souhaitent partir en vacances. Quand on a réussi à se faire sa petite place dans Manhattan, il est de bon ton d’avoir une petite résidence secondaire aux Hamptons afin d’en profiter le week end et d’en vanter les mérites aux collègues de travail le lundi matin…du moins, voici à peu près comment je vois la chose d’après ce que les gens m’en ont dit. D’ailleurs, en fouillant un peu sur Internet, on trouve un classement des plus belles plages américaines et en troisième arrive la plage de Southampton (quand même capable de rivaliser avec les plages de la côte Ouest si on en croit le classement). Bien sûr si on arrive là bas, on trouvera que la plupart des plages sont privées, nous laissant deviner qu’ici, il s’agit plus d’histoire d’argent et  de paraître, plutôt que de réelle beauté de la nature…

Ainsi donc, j’ai été invitée à ce qu’on appelle une « model party », littéralement « fête de mannequins ». En effet, j’ai rencontré un français ici qui a un job de promoteur (je développerai plus loin), ainsi qu’un mannequin français, qui m’ont invité en tant qu’amie avec quelques autres personnes. Le principe de ces fêtes est le suivant : le gars propriétaire de sa « villa » invite les mannequins à faire la fête chez lui gratuitement (profiter de la piscine, du jacuzzi, de l’alcool et repas gratuit) pour ensuite les amener dans une boite de nuit bien précise ou il a signé un contrat : il ramène les mannequins pour rendre la boîte attractive et reçoit une commission en échange. Notez le concept typiquement américain, tout le monde est gagnant, le proprio qui se fait de l’argent, fait la fête avec les mannequins et en profite, les mannequins pour lesquels tout est gratuit et la boîte qui augmente sa popularité régionale. Ensuite, Pierre (le français promoteur) monte les vidéos du week end, les mets sur le site du gars pour lui faire un peu de pub et voilà le travail.

Je dois bien dire que cette façon de faire des affaires est typiquement américaine, si ce n’est New Yorkaise. Un autre exemple de ça est la façon de promouvoir les boites New Yorkaise. Quand Anya était là, elle s’est fait proposer le job de promotrice. Le principe : accoster les gens bien habillés dans la rue pour leur proposer une entrée gratuite dans une boîte en citant le nom de la promotrice. La boîte se remplie esthétiquement et en échange, les gens obtiennent une soirée gratuite avec la promotrice et champagne à volonté. Apparemment, ce système est typique de New York, mais je trouve le concept très intéressant à bien des niveaux…

Bref, pour en revenir au week end. Nous avons donc profité de la piscine et du jacuzzi puis nous sommes partis en direction de Montauk pour y trainer un peu sur la plage (pour vous situer et pour les amateurs, on peut notamment apercevoir Montauk dans le film Eternal Sunshine of the Spotless Mind, les deux personnages se rencontrant sur la plage là bas). Montauk est très joli et reposant, encore une plage à découvrir.

Concernant la soirée, je m'abstiendrai de juger les mannequins après une première rencontre, mais si je devais donner une rapide opinion ce serait : soit totalement naïve, soit totalement pétasse. Je n'ai pas trouvé de juste milieu, je suis sûre que ma vision en noir et blanc mérite un peu plus de réflexion, mais pour le moment, il y a peu de gris au paysage. Un autre truc dont je me suis rendue compte, être mannequin n'est pas forcément synonyme d'être jolie, c'est surtout un physique ultramince et un visage photogénique ou avec quelque chose de peu ordinaire. Mais tout ça ne rime pas automatiquement avec beauté. Même si beaucoup de gens me l'ont dit par le passé, j'avais besoin de le voir pour le croire...

Au final, je ne pensais pas que je découvrirai tant de plages en partant à New York, mais c’est vrai que tous les endroits attrayant aux alentours se situent sur les côtes. Bref, les Hamptons, vous en entendrez tellement parler quand vous irez à New York, qu’en bon New Yorkais, vous serez bien obligé d’aller y jeter un œil un week end, en vous faisant inviter chez un particulier, c’est la formule New Yorkaise parfaite, mais à choisir, préférez le Cape Cod, un peu plus loin, mais beaucoup plus authentique !

Une plage de Montauk :

Une limule et moi, réalisé sans trucage !

Encore Montauk :

En s'arrêtant sur la route pour acheter des fraises :

Le lendemain après la fête :

Profitant de la piscine :

Pour finir, j'ignore si vous avez accès à cette vidéo facebook, mais si vous voulez voir un peu ce que donne le travail de Pierre, voici le vidéoclip des models partys !! (sur une musique de Lady Gaga s'il vous plait) : cliquez ici.

lundi, juin 15 2009

Après le Cap Cod, quoi de plus logique que Boston !

Il semblerait que je suive effectivement le parcours des premiers pèlerins puisqu’après avoir visité le Cap Cod et notamment Provincetown, j’ai cette fois déposé l’ancre à Boston. Il me manque juste Plymouth entre les deux et je peux me prétendre en voyage historique des USA.

Bref, il y a deux semaines (excusez-moi pour les mises à jour tardives sur ce blog), je suis partie pour un week end avec Anya, Géraldine et Anaïs à Boston. Comme un copain à nous fait son stage à Harvard, on a été hébergé dans la petite ville de Sommerville, juste à côté de Cambridge, ou l’on trouve Harvard.

J’ai pu refaire, mais cette fois en plein printemps, un tour de Harvard en ayant droit au côté backstage de la visite de laboratoire. Ca s’est poursuivi par un tour du centre historique, Quincy Market qui est toujours aussi sympathique, Little Italy qui a définitivement plus de charme que le Little Italy de New York (Bouffé par Chinatown), le Park Boston Common, la première église de la Science Chrétienne (qui n'a rien de commun avec l'église de la Scientologie) ainsi qu’un autre parc un peu plus excentré.

Mon opinion de Boston n’a pas beaucoup changé depuis un an. Une petite ville plus américaine de tradition que le reste et également très mignonne. Une ville étudiante, de ce fait dynamique et intello mais une petite ville malgré tout. Je pense que c’est une ville à voir en tant que touriste, définitivement une ville intéressante quand on recherche un bon compromis entre quelque chose qui bouge un minimum et le calme des banlieues américaines. Mais si vous vous attendez à une grosse ville américaine, vous risquez très vite d’être déçu, le centre est très petit et n’est pas à l’image des autres villes, aussi bien de la côte Est que de la côte Ouest.

Quelques photos :

Sur le campus d'Harvard :

Dans le parc :

L'église de la Science Chrétienne:

Vue de Boston :

Au revoir et à très bientôt tout le monde !

mardi, juin 2 2009

Sur la route du Mayflower

Bonjour a tous,

Cette semaine je vous écris avec un peu de retard puisqu’il est encore plus difficile de m’organiser avec deux invitées d’honneur à New York, j’ai nommé Anya et Géraldine…

Malgré tout je vous écris un petit message pour vous raconter mon week end. Malheureusement, j‘ai perdu mon appareil photo ce week end et donc impossible de partager avec vous les centaines de photos que j’avais prises…enfin passons…

Bref, tout d’abord, jeudi dernier je suis allée voir un match de baseball avec les Yankees versus Baltimore. Bien évidemment, je me doutais que je n’aimerais pas trop mais ayant déjà fait l’expérience du basketball et du football américain, il fallait bien que j’essaie le baseball. D’autant plus que les Yankees sont un peu mythiques ici à New York et pour le prix de la place, je ne risquais pas grand chose.

Sans être un amateur pur et dur, il est vraiment assez difficile de s’intéresser au baseball, même en comprenant les règles dans leur globalité, c’est beaucoup trop lent, beaucoup trop mou. Pourtant je peux vous dire que tout le monde (même mon maitre de stage le samedi) porte la casquette des Yankees, c’est vraiment un phénomène ici. J’imagine donc que ca doit présenter un intérêt, mais d’un point de vue féminin et européen, je dirai que le seul sport que j’ai apprécie regarder aux USA est le basketball. Cependant, je dois bien admettre que je suis un public difficile à convaincre, ne regardant jamais les JO ou Roland Garos ou whatever à la télévision française…

Sinon donc le week end dernier (enfin celui d’il y a deux semaines), profitant d'un lundi férié national (Le Memorial Day) nous sommes partis 3 jours avec une polonaise, un mexicain et quelques français en direction du Cape Cod. Le Cape Cod est une destination privilégiée des habitants du Massachussetts, mélange de petites villes coloniales toutes mimis et de côtes sauvages faisant parties des paysages nationaux du pays et de son histoire la plus ancienne également. Un grand bol d’air frais, c’est un peu comme ça qu’il faut voir cette destination. Une fois arrivés au Cape Cod, nous avons donc pris le bateau en direction de l’ile Martha Vineyard pour y faire un tour en vélo. Très jolie, maisons coloniales à foison, un air de vacances et des côtes charmantes, le tout de quoi conquérir le cœur de n’importe quel touriste. Je partage avec vous des photos prises d’un iphone ainsi que tirées d’internet juste pour vous donner une idée.

Le lendemain, on est allée sur le National Seashore (la côte nationale) pour se détendre sur la plage quelques heures. La côte nationale du Cape Cod fait partie des points de vacances favoris des habitants du Nord Est (Bostoniens, New Yorkais et autres s'y rendent régulièrement pour décompresser lorsqu'ils ont quelques jours off). D'ailleurs, en écoutant la radio américaine, le lot favori du dernier jeu est un week end tous frais payés au Cape Cod pour y profiter de "Ze Best National Seashore in the US" ha ha. C'est vrai que l'endroit est très joli et on a eu la chance de profiter d'une journée parfaite en température pour s'y prélasser.

Ensuite, en fin d'après midi, on est remonté vers une petite ville du nom de Provincetown, tout en haut du Cape Cod. Contrairement à tout ce que les gens pensent, les premiers pèlerins du Mayflower déposèrent l’ancre a Provincetown et non pas à Plymouth (ce qui semble plus logique quand on regarde la carte). On peut d’ailleurs observer un monument à cet effet au sein de la ville. Ainsi Provincetown s’est développée petit à petit pour devenir au milieu du XXème siècle, le refuge des artistes et des mouvements hippies avec une forte connexion avec Greenwich. Maintenant, la tendance a changé et Provincetown est une ville entièrement Gay-friendly. Le tout donne donc un mélange entre Key West pour l’air de vacances, Savannah pour les maisons coloniales et San Francisco pour le côté arc en ciel… Une ville assez adéquate pour vacanciers, très reposante tout en restant vivante et à des années lumières de tout le tralala de New York City. Essayez la Clam-Chowder quand vous y passerez ;)…

Pour finir, le Cape Cod est une des destinations phares des américains du Nord Est et maintenant je comprends pourquoi...Du coup, je ne suis que déçue de ne pas pourvoir partager avec vous les images que j'avais prises, parce que je m'étais vraiment fait plaisir niveau photo...tss !!

Encore une fois, je vous envoie un mélange de photos Iphone et internet :

Le National Seashore :

Provincetown :

La Jacuzzi de l'Hotel bien sûr (;-)) :

Voilà, un très bon week end et une destination à découvrir et à plus approfondir bien sûr.

Sur ce, je réécris très bientôt pour vous raconter mon dernier week end :)

Bisous tout le monde.

mercredi, mai 20 2009

A lil bit of music people


Bonjour tout le monde, cette semaine j’ai décidé de vous parler un peu de musique…des deux concerts auxquels j’ai assisté à New York…

Car pour le premier, je réalise qu’après vous avoir cité les noms des artistes, je ne vous ai rien proposé à écouter. Mais lorsqu’il s’agit de musique, une écoute vaut mieux qu’un long discours n’est ce pas.
Donc pour commencer, je ne vous ferai pas l’affront de vous représenter Joshua James (je suis sûre qu’après un an, vous connaissez tous sa musique ;)). Voici alors Sharon Little qui nous a fait une des deux premières parties du groupe dont je vais parler plus bas. Sharon Little, c’est une petite bonne femme qui arrive sur scène l’air de rien et qui nous impressionne tout de suite par la puissance de sa voix. Je n’en dis pas plus et vous laisse écouter ces deux morceaux tous deux sortis de son dernier album « Perfect Time for a Breakdown » :

Follow that Sound :
 
Peppermint and Glue :
 


Le groupe principal de ce premier concert se nommait The Duhks et viennent tout droit du Canada francophone. Ils chantent en anglais exceptée pour quelques chansons et prévoient de faire un album entièrement en français qui serait un mélange de plusieurs genres et notamment de musique bretonne. Bref, mélange entre Soul, Gospel, Funk, Country et bien d’autres, voici un groupe qui a la pêche et une certaine classe. A voir en concert, ils sont géniaux !

Quatre petites chansons pour la route (dont une en français) :

Death Came a Knockin' :
 
Everybody knows :
 
Dancehall Girls :
 
Du temps ou j'étais jeune :



Et pour finir, dimanche dernier je suis allée voir Ayo en concert. Vous en avez déjà certainement du en entendre parler, elle commence à se faire un nom en France et elle s’est installée depuis peu dans Greenwich à New York, surement dans l’espoir d’exporter sa notoriété outre-Atlantique. Bref, cette fois c’est moi qui ai suivi un mouvement général car je dois avouer ne pas avoir écouté ses albums et je ne connaissais que ce que j’avais entendu (par la radio ou autre). Mais c’était vraiment une super bonne surprise. Elle est super naturelle sur scène, toute fraiche et respire la joie de vivre à travers ses chansons. Elle nous a invité à danser avec elle sur scène et puisqu’elle n’est pas du tout connue ici, elle était toute émue de voir la salle remplie (enfin y’avait quand même clairement 90% de français ou québécois), c’était vraiment adorable et je pense que ça a rendu le concert un peu plus expérimental et intimiste, ce que j’ai beaucoup apprécié !

Pour son rappel, elle est venue nous chanter « Better Days » avec un ami au violon et elle au piano, c’était tout simplement magnifique. J’ai essayé de rechercher sur internet un équivalent, mais impossible, j’ai trouvé un Live pas trop mal, mais ça n’a rien à voir avec l’association de violon/piano/voix qu’on a eu le plaisir d’écouter. Du coup, je vous mets quand même une vidéo de ce morceau…

Ayo - Better Days (en flash)

Better Days

 

Et pour finir, quelques photos du concert :


 Voilà, je vous souhaite une bonne semaine à tous et vous dit à bientôt !!

 

PS : En petit bonus, je vous mets le clip d’une artiste qui se produit dans LE METRO de New York !!

Voici même sa carte :)

mercredi, mai 13 2009

Deux-trois adresses pour visiter New York…

…à défaut d’expériences à partager !

Bon cette semaine je n’ai pas grand-chose à raconter donc je vais vous faire un mini guide sur deux trucs sympas à faire à New York. Bon d’accord, normalement j’aurais du visiter Baltimore ce week end, mais un problème de réveil pour le moins très étrange m’en a empêché…passons, passons !!

Tout d’abord si vous vous êtes mis en tête de faire un peu de shopping, vous avez deux possibilités:

1) Vous balader aux alentours de la 5ème avenue pour vous laisser tenter par les boutiques de luxe et grandes marques, les boutiques typiquement américaines ou les made in France exportés aux USA (J'en profite du coup pour vous mettre deux photos du plus grand Macy's au monde) :

Dans la rue :

A l'intérieur :

2) Ou essayer ce qu’on appelle les Outlets (sortie d’usine). Il y a plusieurs adresses dans New York, les plus connues sont situées à deux endroits différents :

- Century 21 à 22 Cortlandt St, juste à côté de Ground Zero --> on retrouve ce nom dans tout bon guide New Yorkais. Du coup, c’est rempli de touristes, mais c’est vraiment à faire car en cherchant bien, on peut trouver énormément de choses pas chère dans tous les domaines.

- A Union Square, entre la 14ème et University Pl --> avec notamment les boutiques DSW (pour les chaussures) et Filene’s. Mais il y en a d’autres, tout le coin est rempli d’outlet sympas. Idéal pour faire du shopping sans craquer son budget, histoire d’en garder un peu pour visiter New York…

Sinon, si vous cherchez un bar étudiant sympa, avec une jolie déco, bien situé, avec du fameux beer pong américain et même beer baseball en option, pas trop cher, sans qu’on soit collés les uns contre les autres et ou on vous sert dans de vrais verres et pas des gobelets, je pense que vous trouverez votre bonheur à cette Adresse :

King’s Head Tavern, 222 East 14th Street.

Vraiment à essayer, je suis tombée amoureuse du style et de la déco !! Les bars, restos et un peu tout à New York vont et viennent. C’est la dure loi des grandes villes, difficile de tenir la concurrence donc tout est en perpétuel mouvement. Il est un peu compliqué de trouver donc un bon endroit ou sortir et de le garder longtemps. C’est un problème auquel chaque New Yorkais est confrontée (ah la vie est dure). Ceci étant dit, j’espère que celui-ci va durer, alors si vous êtes de visite ici, n’hésitez pas à aller y jeter un œil…

Ah, j'adore vraiment la déco (même si la photo est un peu sombre) :

Pour finir, je vous partage deux-trois photos du Financial District que j’ai visité dimanche. J’ai pas trop trop approfondi l’endroit si ce n’est pour l’Outlet, la plaie béante de Ground Zero et quelques rues adjacentes. Néanmoins, d’après ma petite promenade, ça semble être un endroit ou on pourrait s’attarder un peu plus…

Les pompiers juste à côté de Ground Zero :

Ground Zero :

Balloon Flowers de Jeff Koons :

En plein Financial District :

Le Stock Exchange de nuit :

Sur ce, passez tous une bonne semaine,

Bisous tout le monde !!

mercredi, mai 6 2009

Entre sous-culture et mésinformation

Bonjour tout le monde,

Avant de commencer à vous raconter mon week end, je voulais vous faire partager une opinion qui me titille l’esprit depuis bien longtemps.

Avant de partir aux USA, je me suis souvent demandée comment faisaient les gens pour avoir une opinion si passionnée concernant les Etats-Unis. Positif ou négatif, tout le monde à son mot à dire, si bien que j’ai toujours eu l’impression que les gens en savaient beaucoup plus que moi sur cette contrée pourtant bien lointaine. Mais finalement, nous français, nous prétendus modèle de culture et d’éducation par rapport aux américains (si du moins on en croit quelques gaulois qui crient plus fort que le reste), sommes nous bien informés sur ce que sont les Etats-Unis d’Amériques ? L’école nous a-t-elle bien enseignée la culture américaine comme la culture européenne ?

Culture ?! Mais de quoi parle t-on exactement ? Comment définissez-vous la culture américaine ? Pour vous, est-ce simplement une pop culture illustrée par les films, séries, musiques et fast food, ou existe-t-il autre chose ? Pourriez vous définir l’Amérique autrement que par sa culture de masse ? Pourriez-vous me citer un exemple de littérature américaine ? Pourriez-vous me donner le nom d’un plat typique américain (le fast food ne comptant pas) ? Pourtant, je vous rassure, ça existe ! J’ai le sentiment qu’en général, les gens critiquant les USA sont ceux méprisant la culture de masse. Du coup, la question devient :

Pensez vous que l’Amérique ne soit qu’une culture de masse ou considérez vous la France comme étant mal informée, ne nous ayant exposée qu’une sous partie de la culture américaine ?

En réalité bien évidemment, la partie de la culture américaine qui arrive à s’exporter n’est que sa pop culture, celle qui se diffuse par l’image. Difficile de dire à qui la faute, si faute il y a, mais la France aime manger du blockbuster américain en masse, du Mac Do à la pelle et caresser ses tympans de RnB, plutôt que d’aller creuser dans une culture plus discrète, plus sobre mais existante. Alors on passe la soirée du lundi soir devant la dernière émission de TV réalité, à manger du pop corn en se désolant de la qualité des chaines Hertziennes.

En regardant vite fait sur wikipedia pourtant, j’ai trouvé les statistiques suivantes : 12% des américains fréquentent les concerts de musique classique contre 8% de français. On compte 120 000 bibliothèques aux USA, soit le plus grand taux par habitants dans le monde. Le pourcentage d’une classe d’âge entrant à l’université est de 81% contre 54% en France (chiffre Unesco). La vie culturelle sur les campus universitaires est bien plus développée aux USA avec 3 527 bibliothèques, 2 300 centres artistiques, 700 musées, 345 salles de concerts, 300 radios universitaires libres…Certes, on peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres, mais quand même, voilà qui replace un peu les choses dans leur contexte. Les américains ne sont pas si cons comme dirait l’autre.

Mais pourtant, petits touristes européens que nous sommes, après avoir mis un pied sur ce Nouveau Monde, nous allons commencer à le découvrir par la culture que nous lui connaissons. Selon une liste plus ou moins respectée, nous irons par conséquent voir un match de NBA, manger un triple Whopper tout en le critiquant pour avoir l’expérience américaine, visiter Time Square en y prenant quelques photos tout en déplorant cette compétition publicitaire, participer a une fête de confrérie, organiser un voyage a Los Angeles pour finalement rigoler du ridicule d’Hollywood boulevard, assister a un Talk Show américain, passer une journée - pas plus - a Las Vegas, et pour finir, nous ferons un séjour dans un parc d’attractions a l’Américaine. Ca y est, nous connaissons les USA dirons-nous...

Parallèlement, cette grande inconnue, la culture américaine s’ouvre un peu plus au fur et à mesure du temps passé là bas et des rencontres. Petit à petit, Le cow boy qu’on avait originellement en tête troque son Stetson pour le New York Times et la Pom pom girl agrémente sa tenue de lunettes de vue. Et ça fait plaisir à tout le monde de mettre un peu de relief dans son cliché américain…

Le plus surprenant au final devient le choc de ces deux cultures : La culture de masse (Pop culture) et la culture dite élitiste (High culture) qui cohabitent sans trop de mépris l’une par rapport a l’autre, ce qui n’est pas le cas en France. On se distrait des deux, on apprécie les deux et on ne se déclare pas la guerre (préférant par prudence, exercer cette activité en dehors du territoire national).

Voilà donc un côté des américains que j’apprécie : cette cohabitation, ce melting pot qui s’applique même a la culture. Je pense (mon opinion changera peut être avec le temps cependant) qu’il s’agit là d’un point pour lequel les français et les américains sont singulièrement différents.


Ainsi donc, tout ceci pour au final vous raconter que ce week end, Jordan, Anais, moi, ma colloc et 2 de ses amis stagiaires aux Nations Unies, nous nous sommes délectés d’un divertissement populaire et très apprécié aux USA, j’ai nommé le parc d’attraction ! Nous sommes partis en direction de Jackson dans le New Jersey pour aller aux 6 Flags. Vous connaissez surement, établie un peu partout dans le monde, cette chaine de parcs regroupent les attractions les plus démentes du monde et à l’inverse de Disneyland qui travaille beaucoup ses décors, 6 flags a fait le pari inverse et ne travaille pas énormément l’aspect du parc, préférant investir dans les attractions. Rien de meilleur qu’un bon parc d’attraction à l’américaine pour se changer les idées d’une semaine de boulot bien remplie.

Une petite photo panoramique du parc directement issue d’Internet en cliquant ici.

Ce qu’il y avait de bien, c’est que l’été n’ayant pas commencé et le mauvais temps venant s’ajouter à ceci, on a pu accéder à toutes les attractions sans trop d’attente. Parmi les visiteurs, on retrouvait pas mal d’élèves en sortie de classe, de gros habitués et drogués des Rollercoasters, quelques familles venant des campagnes environnantes, beaucoup d’handicapés (?!), des pom pom girls sautillant pour se rendre d’une attraction à l’autre vêtues d'une mini jupe de saison, et de très rares touristes. Bref, un décor pour le moins éclectiques.

En dehors des attractions, le parc est animé par :

- Les Looney toons auxquels il a acheté les droits, permettant à tout un chacun de se prendre en photo avec Bugs Bunny, Titi et Gros Minet et compagnie (so american)…

- La musique pop américaine intergénérationnelle, passant d’Offspring au premier tube de Britney Spears…tout pour nous faire retomber dans notre adolescence colorée des années 90 !

Je me suis bien éclatée dans le parc, je suis rentrée dans le jeu et j’ai fait toutes les attractions. Si on aime ce genre de sensations fortes, ce parc devient rapidement le paradis. Parmi mes préférées, je note le Nitro, totalement intense dont je vous mets une vidéo pour vous retranscrire le voyage :

Ainsi que le Kingda Ka, le rollercoaster le plus rapide et le plus grand du monde !!! Il passe de 0 à 204km/h en 3.5 secondes et fait tout simplement un trajet de fou…Il est totalement dément !! Je vous mets encore une vidéo filmée par un amateur…

Quelques photos pour finir :

Bref, un week end détente en folie sans se poser de questions. Exactement ce dont j’avais besoin pour retourner au labo lundi matin pleine d’énergie… ;). D’ailleurs, ironie du sort, j’ai remarqué que dans le labo était affichée des photos de l’équipe ayant fait le Nitro…ils sont forts ces américains !

Sur ce, bisous et à la semaine prochaine.

mardi, avril 28 2009

New York n’a besoin que d’un peu de soleil pour briller

Bonjour tout le monde,

Me voilà revenue d’un week end particulièrement appréciable, beau et chaud, ce qui nous laisse entrevoir un été haut en couleurs. Il a commencé à faire très beau samedi dernier, alors que j’étais encore au labo. Du coup, vers 16h45, avec un copain, on a décidé de se balader en sortant du labo pour profiter de la fin d’après midi et du beau temps. Nous sommes partis en direction du quartier Chelsea. Chelsea est un très joli quartier de la ville qui se situe sur le coté Ouest.

D’ailleurs, avant de commencer à vous parler de ma promenade là bas, je vais tenter une comparaison New York – Paris par quartier, histoire de vous éclairer un peu sur les différents coins de New York. Je sais, ça fait très « french-centered » comme on dit, mais bon je trouve ça utile et ça permet de situer rapidement. Bien évidemment, ma comparaison n’a rien d’officiel et je me trompe encore surement sur pas mal de choses, en même temps je ne fais que découvrir, mais du moins voilà ce que j’en ai retenu :

  • Greenwich Village = Le Quartier Saint Michel --> Endroit étudiant et branchée, assez ancien et vivant, intello et bohème.
  • The Lower East Side = Bastille --> Quartier sordide pendant très longtemps (je parle pour le Lower East Side), depuis quelques années, c’est devenu un quartier branché, avec pas mal d’endroits pour sortir et pas excessivement cher.
  • Chinatown = Le 13ème --> Sauf que bien sur, ça n’a rien à voir à Paris ;)
  • Central Park = entre le Jardin du Luxembourg et les Buttes Chaumont --> mais en mieux !
  • Chelsea = Le Marais --> Quartiers des artistes avec beaucoup de galeries d’art et un gout prononcé pour l’art contemporain. Egalement le foyer de la communauté gay de New York aujourd’hui.
  • Midtown = Le 8ème arrondissement --> Nombreux commerces et établissements financiers avec la 5ème Avenue en guise de Champs-Elysées à l’américaine, mais en moins bien cette fois, faut pas déconner ;).
  • Financial District = La Défense --> Quartier d’affaires
  • Harlem and the Bronx = La Courneuve --> Je m’abstiens de tout commentaire quant à la description de ces quartiers ;)

Bientôt plus de comparaisons à venir ;)

Alors, pour décrire un peu Chelsea, c’était très sympa sous le soleil, très joli, avec de jolies petites rues. Malheureusement, on est passé devant les galeries d’art mais sans les visiter (pour une prochaine fois). Par contre, on a traversé le Chelsea Market qui est vraiment très agréable. Galerie interne qui nous mène vers toutes sortes de boutiques et d’ambiance, vraiment un truc à faire !

Une photo de Chelsea Market :

Ensuite, on a marché vers les docks de Chelsea. Un centre de sport a été aménagé sur les docks, les New Yorkais ont donc la possibilité de jouer au golf ou à diverses activités sportives pour ensuite aller prendre un verre sur les docks. Je trouve toujours ces endroits super sympas, à l’écart de l’agitation de la ville, les docks nous donnent toujours un air de vacances, quelle que soit la ville ou ils se situent.

Les docks :

Petit à petit, on a marché de Chelsea jusqu’à Greenwich pour rejoindre le métro en direction de South Ferry pour une petite expédition à Staten Island de nuit. C’était l’occasion d’y voir la Skyline de New York et la Statue de la Liberté. Ensuite, on a rejoint d’autres gens puis on est allé prendre un verre sur les docks Est cette fois, ceux situés en dessous du pont de Brooklynn. Encore une fois, c’était un coin très sympa, ça m’a rappelé un peu le Pier 39 de San Francisco…comme quoi, je me suis surprise à trouvé des endroits singulièrement différents dans New York. Encore une fois, la ville n’a pas une identité, mais de multiples, ça passe par les gens, les cultures, mais aussi la diversité des choses à faire et des ambiances. C’est notre incapacité à définir la ville qui la définit vraiment.

La Skyline de nuit à partir du Staten Island Ferry :

Et puis dimanche, tenant à profiter encore une fois du beau temps, nous sommes partis en direction de South Beach sur Staten Island et puis un peu plus dans le Sud pour avoir un aperçu du Gateway Recreation Area de Staten Island. Gateway c’est bien le mot, j’ai bien ressenti ce dimanche comme un Sunday Gateway…loin, loin de Manhattan et pourtant si près, c’est étrange le contraste entre plage et ville quand on y pense. Quand les gens parlent de New York, on imagine tout de suite Manhattan, les buildings et tout le tralala, et pourtant, il y a tellement de choses différentes…Quelques photos pour illustrer cette très bonne journée.

En réfléchissant week end, c’est vraiment les deux jours où j’ai le plus apprécié être à New York depuis que je suis ici. Et finalement, moi qui suis beaucoup attachée à la côte Ouest et qui regrettais un peu de ne pas avoir choisi une ville là bas, ce week end, je pense avoir réalisé qu’au final, je suis très contente d’avoir choisi New York (comme quoi). Premièrement, pour avoir une expérience différente, deuxièmement, parce que vu qu’on y reste l’été, au niveau température finalement ça va être aussi bien que d’être dans le sud (et oui vous savez que le ciel bleu est important pour mon moral ;-)), et troisièmement, parce qu’il y a tellement de choses qu’au final c’est un peu tout à la fois, le Nord, le Sud, l’Europe, les USA, le Stress, la plage, la ville, les études, la mer, les vacances, le shopping, la restauration rapide, les bons restaurants français/italiens/péruviens/chinois/russes/…/, les musées, le sport, les expo, les randonnées bref, vous voyez le dessin.

Enfin malgré tout, certains paysages magiques du Sud sont impossibles à reproduire ici, bien heureusement d’ailleurs, il faut bien que ça reste unique…

A la semaine prochaine tout le monde,

Bisous !

PS : Jeudi j’ai eu une conférence au Mont Sinaï et voilà la vue qu’on avait sur Central Park et Manhattan du 25ème étage…

PPS : Vendredi soir on est passé dans une rue de Chinatown ou il tourne le film « The Sorcerer's Apprentice » avec Nicolas Cage. La rue est ces derniers temps particulièrement chinoise pour l’occasion, des paillettes au sol et le matériel de tournage au fond. Enfin ceci dit, le film a l’air pourri !

PPPS : Je me suis inscrite au Palladium, centre de sport de NYU à l’américaine, avec piscine, terrain de basket, machines pour courir ou faire du vélo tout en regardant la TV (en branchant ces écouteurs dessus, l’autre soir j’ai regardé Lost et un autre jour Bones lol), cours de vélo dans une chambre noire avec musique techno (ça s’appelle du Spinning), escalade, etc. Vraiment trop bien…je vais revenir transformée en France vous allez voir ;)

mercredi, avril 15 2009

Sinatra was right : "If I can make it there, I'll make it anywhere"


Bonjour tout le monde !!

Désolée pour les news un peu tardives mais ce semestre à New York commence au quart de tour entre chercher un appart sur place et démarrer le stage quelques jours plus tard à raison de 10-11h de stage par jour. En plus de ca, j'ai du complètement réinstaller Windows, et ayant besoin de certains logiciels pour tenir mon blog comme je l'entends, j'ai eu une grosse flemme pour tout réinstaller et relancer la machine. Du coup, passer du temps à écrire un résumé de mes aventures fort passionnantes est passé en second plan, mais à partir de maintenant, je reprends normalement mon rythme hebdomadaire. Ce post sera par contre un résumé un peu fouilli et incomplet de mes 3 semaines ici.

Pour commencer, avant de partir à New York, j'avais tout un tas de clichés sur la ville. Bien que je l'ai déjà visité en vitesse l'an passé, je gardais tout de même une image très romantique et magique de la ville. Aussi, avant de commencer à vous raconter mes impressions, j'ai choisi deux extraits de films que j'aime beaucoup et qui selon moi capture les clichés et les images qu'on a de New York, tout du moins l'image que moi j'en ai. En effet, nos premières impressions de la ville passent par le cinéma et quand on demande à tout un chacun "New York, c'est quoi pour toi?" et bien celui-ci lui répondra en allant pêcher deux-trois images de la ville dérivant de sa culture cinématographique. Donc voilà, avec ces deux extraits, vous avez capturé l'essence même de New York...

La première vidéo (excusez moi c'est en anglais) est l'ouverture du film Manhattan de Woody Allen ou nous parle de son amour pour New York par l'intermédiaire d'un de ses personnages. Très romantique, très classique, très New Yorkais dans l'âme :

La deuxième est issue d'une comédie musicale sur les Beatles du nom de "Accross the Universe". C'est le moment du film ou le personnage principal (anglais) arrive à New York et observe tout ce qu'il l'entoure au fur et à mesure qu'il découvre la ville. La musique commence quand il arrive en pleine nuit dans New York. Joe Cocker joue le SDF chantant dans l'escalator. Pour moi cette scène musicale peint complètement le New York aux mille facettes (Greenwich, le New York underground, les taxis, Wallstreet). Bref, je vous laisse regarder...

Ceci étant fait, je vais maintenant vous parler de mon expérience jusqu'à présent...

Tout d'abord, je vous avoue que j'ai ressentie une sensation bizarre en arrivant ...C'était un peu comme la sensation de revenir visiter son village d'enfance : la nostalgie d'un passé lointain mêlée à cette impression qu'on y était encore hier. Pas parce que j'ai vécu à New York, mais plutôt parce que j'y ai soudain retrouvé tout les repères américains : les pubs, les feux rouges, le cream cheese, les gallons de lait ou encore les thermos remplis de starbuck le matin. Bref, tous ces petits détails qui un à un m'ont fait repenser à mon année en Arizona. Je me suis retrouvée là, partagée entre cette nostalgie d'Arizona, et la tristesse qui a entouré mon départ de France et de mes proches. A n'avoir rien à faire de la journée si ce n'est des démarches administratives éreintantes, je me suis surprise à laisser mon esprit vagabonder un petit peu plus loin que la raison : Pourquoi suis-je à nouveau aux States ? A quoi ça sert ? Ma vie est-elle une suite de cycles sans fin ? Au début, ce n'était pas une impression de découvertes excitantes qui me caractérisait, mais plutôt une pointe au cœur constante. Impossible d'apprécier la ville et l'image que je m'en faisais, car je n'étais pas vraiment dedans. Rien de bien méchant, je ne souhaite pas faire dans le mélodrame, mais le début du stage m'a permit de me mettre un coup de boost...

D'autant plus que si je devais définir un peu l'impression qui nous gagne en arrivant dans une ville de cette dimension, c'est certainement son caractère un tantinet oppressant. Autant les grands espaces vides, les déserts, les canyons nous donnent l'impression d'être ridiculement petit, de flotter à l'image d'une goutte dans l'océan et cette impression est libératrice. Autant New York nous donne cette même sensation, mais cette fois, ça n'a rien de libérateur et c'est plutôt oppressant si bien qu'on n'a le sentiment de s'y noyer. On se retrouve rapidement à penser "En fait New York c'est pas ce qu'on imagine". Mais c'est seulement le début, finalement New York grandit avec nous et on commence à s'approprier petit à petit la ville.

Et effectivement, une fois ces premiers jours passés, j'ai commencé à apprécier New York. Au risque de me tromper, je pense que c'est une ville très difficile à visiter comme il faut en simple touriste, sans connaissance préalable. En effet, en bon touriste européen, habitués aux villes a dimension humaine, nous partirions armés d'une bonne paire de chaussures, des derniers gadgets technologiques en matière d'appareils photo/caméras et nous irions tous visiter l'Empire State Building, La Statue de la Liberté, Time Square, la 5ème Avenue, un peu Chinatown et Central Park, prenant quelques clichés par ci par là pour épater la galerie à notre retour en France...et voilà le tour est joué. Le lundi matin au boulot, certains diraient "New York, j'ai adoré, tu devrais y aller ça te plairait", d'autres "Franchement j'ai pas trop apprécié New York, et puis ces américains, qu'est-ce qu'ils mangent mal !". Bref, je pense que vous imaginez le tableau, le parfait pendant européen du touriste américain venant visiter Paris par la Tour Eiffel et les Champs Elysées. Mais évidemment, New York est bien plus qu'une vitrine pour touristes. Selon moi, New York se vit, se découvre de jours en jours vu ses dimensions et son potentiel...

S'il y a un truc très agréable concernant New York, c'est bien sur, sa multi culturalité ! C'est vraiment une ville internationale et à la différence de toutes les autres villes que j'ai pu visiter, il n'y a pas de profil New Yorkais typique comme par exemple le profil de parisien/parisienne typique qu'on imagine à Paris. Tout le monde est différent et donc tout le monde se fond dans le paysage. Toutes les nationalités, cultures, religions, personnalités, classes sociales sont vraiment mélangées et New York représente vraiment la définition du Melting Pot américain. Les gens ne regardent pas leurs voisins d'un air dédaigneux, mais tout le monde semble plutôt bien intégré.

J'ai notamment un souvenir en tête qui date de mes premiers jours ici, ou une fille dans le métro du genre working girl regardait ses emails à partir de son Notebook quand un gros black tout droit sortie du Bronx (désolée pour les clichés) s'est assis à côté d'elle et lui a posé une question sur son appareil. Si j'avais été à Paris, je pense que la fille n'aurait pas répondu ou répondu très brièvement et aurait tenté de fuir la conversation. Mais là, cette fille a commencé à lui répondre et à entamer une conversation parfaitement amicale avec lui pendant 15 minutes, si bien que je me suis demandé s'ils ne se connaissaient pas. Mais non, c'était juste l'histoire de converser. J'avoue que pour avoir assister à cette scène, je trouve que ça représente très bien l'esprit New Yorkais...

New York se définit aussi par tous ses quartiers : Chinatown, Greenwich village, the East Village, Chelsea, SoHo, Tribeca, the Flatiron district, Little Italy, The Financial District...bref, tout est différent si bien qu'on y trouve tout ce qu'on veut. Évidemment, avec un emploi du temps pareil, je n'ai pas eu le temps de beaucoup visiter, mais j'ai néanmoins souhaité découvrir Greenwich Village (dit Le Village) et tout ce qu'il y a autour. Effectivement le campus de NYU est totalement intégré à Greenwich Village et je me doutais que ça devait représenter un des quartiers étudiants de la ville. Et effectivement, pour le moment, c'est vraiment mon repère New Yorkais, entre les petits restos, les petites boutiques, la vie de nuit, le Washington Square, c'est vraiment un endroit intello, un peu à l'écart du reste de NYC, artistique, étudiant, branché et un peu bohème...bref, l'endroit ou trainer ! Greenwich village n'accueille pas seulement NYU mais également The New School, la Yeshiva et la Benjamin N. Cardozo School of Law ce qui en fait un endroit très sympa pour les gens de mon âge et même plus âgé.

Pour votre culture personnelle et situer un petit peu, voici quelques faits sur le quartier :
- La série Friends se déroule en plein Greenwich village. Bien sur, on n'y voit essentiellement qu'un seul coffee shop mais la raison pour laquelle l'action se déroule la bas, c'est parce qu'un producteur de la série y a vécu pendant ses études et y a apprécié le quartier au point de lui dédier une série. Effectivement, la série n'est sur pas grand chose, si ce n'est qu'il fait bon de vivre dans le Village.
- Peut-être avez vous entendu parler d'un journal gratuit New Yorkais assez connu appelé "The Village Voice"...et bien, ce journal trouve ses racines dans le Village (D'ailleurs, un de mes collocs américains écrit des critiques pour ce journal)...Si vous voulez aller y jeter un œil, suivez ce lien.
- Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi les Village People s'appelaient comme ça (je suis sure que ça vous a longtemps tracassé), c'est parce qu'ils ont débuté là bas. D'ailleurs pendant une bonne partie du XXème siècle, le Village a été surnommé le Gay Village est toute une communauté gay s'est développée là bas après notamment des émeutes dans Christopher Street qui a laissé pour trace 4 statues gays commémoratives en plein Christopher Park.
- Le Village a également été un des berceaux musicaux de la musique Folk et les grandes villes du mouvement folk comme San Francisco ne faisait que copier New York avec quelques temps de retard. Bob Dylan y a notamment débuté et quelques autres noms du mouvement folk comme The Mamas and the Papas, Jimi Hendrix et Simon and Garfunkel etc.

Voilà, pour le moment, c'est le quartier que j'ai le plus visité, avec un peu l'East Village et le Lower East Side ou mon colloc nous a emmené et qui a l'air également très vivant et sympathique. En tout cas, je pense que je vais m'attarder sur chaque quartier au fur et à mesure de mes billets.

Sinon, pour faire dans la répétition, je ne sais pas si vous vous souvenez mais il y a bientôt deux ans, j'étais allée voir Paolo Nutini en concert à Tucson et en première partie, j'avais découvert Joshua James. Et bien, j'ai vu qu'il passait lundi soir à New York et du coup j'ai convaincu 3 amis magistériens de venir avec moi. Quelle bonne surprise ça a été, Joshua James était la deuxième première partie du concert. Le premier groupe a passer (Sharon Little) était tout bonnement excellent, la fille a une voix superbe et le dernier groupe (The Duhks) groupe canadien, folk rock et celtique à la fois nous a chanté des mélodies de Louisiane, du Sud des USA, du Canada ou simplement américaines. Ils parlaient français de temps en temps en plus, c'était vraiment génial. Donc voilà, je commence mon premier billet en vous conseillant 2 groupes et puis bien sur Joshua James si vous ne le connaissez pas encore. Ca m'a vraiment fait du bien hier ces concerts, ça faisait tellement longtemps que je n’étais pas allée à un concert comme ça, je me suis vraiment sentie apprécier New York pour ce genre de petits détails : Excellente soirée !!

D'ailleurs, je vous fais la même, un an après, je vous reposte une photo de moi et Joshua;)

Et puis une petite photo du concert, les autres ne sont pas de bonne qualité :

Pour terminer sur une note un peu plus professionnelle, je me suis renseignée pour savoir pourquoi aucun de nous n'avais signé de contrat de travail pour nos stages (car nous sommes officiellement des salariés la bas) et pourquoi on nous avait rien dit sur de potentielles vacances...sachant que j'aurais aimé voyager au moins une semaine sur mes 5 mois ici. Et bien en fait, on m'a expliqué ici qu'il n'y a pas de contrat de travail et on ne signe qu'une feuille qui nous donne le droit de payer nos taxes. Ici, le simple concept d'heure/semaine leur est incompréhensible. Ici on bosse, le plus possible, au moins du 50h par semaine (du moins dans la recherche), on revient tout naturellement le week end si besoin, et si on pouvait faire du 24h par jour, tout le monde serait content. Plusieurs personnes m'ont répété ça donc c'est bien véridique. Légalement, la plupart des jobs proposent 15 jours de vacances par an, certains en prennent un peu plus, d'autres en prennent moins, et d'autres encore n'ont droit à rien. On peut prendre des jours "off", mai on n'est pas payé pour cela. Dans la recherche (et dans d'autres domaines) le système est très officieux. Globalement, on voit ça avec notre responsable si on peut prendre des jours de vacances. Donc on m'a dit que, si j'ai une bonne entente avec mon boss, si je travaille suffisamment le reste de l'année, il est censé accepter si je lui demande quelques jours de vacances, mais une semaine, pas plus. Donc je pense que dans mon cas, comme mon maitre de stage est très gentil et allemand (dans le sens où il comprend la logique européenne de vacances), je pense que ça devrait plutôt bien passer si je lui demande quelques jours de vacances. Bizarrement, je ne pensais pas du tout que c'était comme ça pour les salariés. C'est vrai que ça marchait comme ça quand je travaillais au labo en Arizona, je demandais à mon boss si je pouvais louper tel ou tel jour, mais sachant que cela faisait partie de mes cours et que je n'étais pas payée, je me disais que ce système ne s'appliquait pas au monde salarial.

Finalement, le rythme de travail dépend beaucoup de nos responsables respectifs, certains étudiants ici travaillent beaucoup moins que moi, d'autres surement plus et tout est fixé selon l'appréciation de nos boss. Évidemment, je sais que dans la recherche, les 35h n'existent pas non plus en France et je me souviens que lors de mon stage à Pasteur cet été, les gens revenaient aussi tout naturellement le week end. Mais tout de même, il y a une grosse différence entre la France (pour ne pas dire l'Europe) et les USA concernant la perception du travail. Encore une découverte américaine plus qu'étonnante.

Mais je me suis bien adaptée à mon rythme d'acharnée. Finalement, on se rend compte qu'on peut en faire bien plus que ce qu'on imagine. A sortir tous les jours à 9h20-10h, ça me fait bizarre quand soudainement je termine plus tôt. Mercredi soir, je suis sortie à 7h et j'avais une pêche d'enfer, j'ai voulu sortir, me balader, découvrir New York...comme quoi ce rythme a du bon...enfin certainement pas pour toute une vie.

Je vous laisse avec quelques photos de New York :

Central Park à la Woody Allen :


Encore Central Park


Sous un pont de Central Park :


Central Park encore :


Central Park toujours


Moi apprenant le langage des écureuils dans Central Park :


Dernière photo de Central Park :


Time Square :


Le Washington Square en plein Greenwhich :


En rentrant du boulot la nuit, vers la 33ème rue :


Le métro New Yorkais, tout droit sorti des années 60 :


Une boutique typique de Chinatown :


La nuit dans l'East Village :


Devant le Plaza Hotel :



A flâner dans New York :


Brooklynn un dimanche :


Brooklynn en fleurs :


Soirée chez Julien :


Repas de Pâques tous ensemble :


Soirée House underground dans un loft au 6ème étage d'un immeuble :


Soirée chez moi :




Voilà, c'était un peu l'introduction de mon nouveau blog, quelques mots sur mes découvertes et impressions de New York. Je reviendrai certainement sur chaque quartier un peu plus en détails. D'ici là, je vous embrasse tous et vous souhaite une bonne semaine...

PS : Pour me joindre :
Téléphone (à taper tel quel à partir d'un téléphone français) : 001-646-341-7359 (Je ne paie pas si vous m'appelez la semaine entre 3h du matin et 13h (heure française) ou tout le week end à partir de samedi 3h du matin jusqu'à lundi 13h (heure française))
Adresse: 11 Mott Street, apt 2, New York, NY, 10013 USA

PPS : Quelque chose a changé aux USA depuis la dernière fois, c'est bizarre comme ça se voit dans les rues et les boutiques...

lundi, mars 16 2009

USA : Chapter 2

Bonjour tout le monde,

Comme vous le savez surement si vous avez atterri ici, je repars le 26 Mars au pays de l'Oncle Sam...Cette fois-ci, j'irai poser mes valises dans une petite ville du nom de New York City (pour une période de 5 mois, soit jusqu'au 1er septembre).

En fait, dans le cadre de mon master, je pars suivre un stage obligatoire en génétique au Skirball Institute (appartenant à la New York School of Medicine de NYU)...et comme à mon habitude, je me suis dit qu'il serait sympa de communiquer avec vous via Internet. Mais bon voilà, cette expérience s'annonçant complètement différente de la précédente, je ne voulais pas reprendre mon ancien blog (préférant le laisser tel quel), et j'ai donc décidé de commencer un tout nouveau blog, un deuxième chapitre si vous préférez.

Je pense que les règles du jeu seront globalement les mêmes. C'est à dire que je vais essayer de mettre à jour le blog une fois par semaine (sauf peut-être au début du à un accès internet cahotique), dans l'hypothèse bien sûr ou j'aurais quelque chose à vous raconter sur une base hebdomadaire. En effet, cette fois-ci, je rentre dans le monde des travailleurs américains avec mon stage rémunéré (assez loin du monde des 35h), et peut-être n'aurais-je rien de bien palpitant à vous raconter en dehors de mon travail. En tout cas, je ferai selon et j'essaierai de vous donner des nouvelles régulières quoi qu'il en soit.

Je ne vais pas non plus dramatiser, si en 5 mois dans une ville comme New York, je n'ai rien à vous raconter, j'arrêterai de croire au rêve américain !!

Voilà, je n'en dis pas plus pour le moment, je retourne à mes révisions.

Je vous embrasse tous !!!